essentiel reste à faire

Guillon

Type de document
Livre
Langue
Français
Auteur
Guillon
Résumé / Abstract
$a En quoi la récupération peut-elle modifier notre perception des déchets, dans une société de surconsommation ? L'art, depuis de nombreuses années, a été attentif à l'évolution de nos sociétés. Ses acteurs ont su prendre conscience de l'impact de nos mode de vie sur notre environnement - qu'il soit urbain, écologique, économique ou culturel. Les démarches des artistes peuvent avoir un impact sur notre culture ; ils peuvent exprimer leurs compréhensions de l'environnement à travers leurs médiums. À travers l'analyse des techniques industrielles et de leurs productions, nous observons les conséquences de la modernité sur nos modes de vie. L'obsolescence et le renouvellement font évoluer notre rapport à l'objet et nous conduisent à une situation de surproduction de déchets. À travers leur vision et leurs propositions créatives, les artistes exploitent les rebuts de la consommation et nous donnent à voir différemment ces matières. La récupération ne constitue pas une solution aux problèmes écologiques et économiques de notre société, mais les artistes ont su trouver, dans les objets en transition, les libertés que la valeur financière emprisonne. Les rebuts ne dépendent plus de cette valeur mais de celle que le récupérateur leur donnera. Le hasard de la rencontre, l'investissement personne, ou encore l'émotion ressentie, constituent une valeur immatérielle. C'est ce rapport sensible aux biens matériels qui rend la récupération passionnante. L'absence de règles appliquées aux objets en fin de vie permet la créativité. Elle donne aux artistes les moyens de s'exprimer en exploitant la période de transition qui définit les déchets, entre utilisation et destruction.

puce  Accés à la notice sur le site Ensad

  Liste complète des notices publiques Ensad