création comme construction de soi

Allard

Type de document
Livre
Langue
français
Auteur
Allard
Résumé / Abstract
$a Créer, c'est produire un objet distinct de soi, une œuvre, qui souvent perdure et survit à son auteur. Mais par-delà cette production d'un objet extérieur, indépendant de son auteur, on peut aussi envisager la création artistique comme travail intérieur et même construction de soi. Le travail artistique, de ce point de vue, relève bien du travail au sens où Marx le définit de façon générale : car le travailleur, en « même temps qu'il agit par ce mouvement sur la nature extérieure et la modifie, il modifie sa propre nature, et développe les facultés qui y sommeillent ». Notre métier nous aide aussi bien à modifier le réel pour s'adapter à nos besoins qu'à transformer ce que nous sommes. Je vais tenter de montrer que l'œuvre d'art révèle particulièrement cet aspect formateur du travail. Pourquoi la création artistique est-elle particulièrement à même de participer à la création de soi ? Peut-être parce que ce travail montre à quel point ce soi déborde le petit moi. Tout d'abord, comment ai-je eu le sentiment que la création constituait une forme de construction de soi ? C'est avec un regard rétroactif sur ma courte expérience dans l'artisanat puis les arts appliqués que ce sentiment est né. Formée dès le lycée à la tapisserie d'ameublement, j'ai découvert la création par l'artisanat. Cette formation m'a permis de prendre confiance en moi à travers la réalisation. Il me semble que dans l'acte de conception et de façonnage, nous pouvons trouver un moyen de valoriser l'objet et ainsi se valoriser soi-même. Comme le conçoit Marx, c'est déjà un pas vers la construction de soi. Ensuite, j'ai eu besoin de donner du sens à mon savoir-faire et l'artisanat ne suffisait plus. J'avais besoin de m'impliquer plus personnellement et intimement dans mon travail ainsi que d'exprimer mon univers. J'avais aussi besoin de laisser une part plus intuitive dans mes recherches. Aujourd'hui, entre intuition et façonnage, il me semble que mon processus de création me demande constamment une écoute de soi particulière, une grande capacité de remise en question et qu'il nécessite aussi d'être épanouie dans la réalisation. Le textile est le lien constant dans mon parcours. C'est un médium avec lequel je suis familière et aujourd'hui il est mon moyen d'expression. Pour réaliser ce mémoire, j'ai cherché l'artiste qui me semblait pouvoir porter au mieux mon intuition à lier création et construction de soi : Louise Bourgeois. Elle est au centre de ce mémoire car je reconnais dans son travail des intérêts communs. D'abord, par son héritage de la culture de la tapisserie et de la restauration, grâce auquel le textile a une place privilégiée dans sa pratique. Mais aussi parce qu'elle vit son œuvre comme un moyen d'exorciser ses traumatismes et ainsi l'aide dans sa propre construction.

puce  Accés à la notice sur le site Ensad

  Liste complète des notices publiques Ensad