Exploration de la lenteur dans un espace saturé

Pichet

Type de document
Livre
Langue
français
Auteur
Pichet
Résumé / Abstract
$a Notre regard se pose sur des surfaces. Il observe l'ensemble de l'environnement dont il fait partie, mais il ne peut se voir lui-même. Il regarde ce qui nous englobe, notre environnement intime, urbain, culturel, etc. Il existe donc un lien direct entre le support graphique et son spectateur: entre le point de départ et d'arrivée, entre l'oeil et la surface, tel un va et vient. L'oeil suit une trajectoire. Il se déplace, regarde, lit puis interprète. Le support et les images déterminent le temps d'attention en créant un lien entre le créateur et le récepteur. Notre regard, parmi d'autres choses façonne notre savoir. La surface sur laquelle se pose notre vision nous influence directement, c'est pourquoi nous vivons dans un environnement visuel très développé et riche. De nombreux métiers autour de l'image ont vu le jour depuis plusieurs années. Cependant, aujourd'hui nous sommes confrontés à un environnement visuel nous sollicitant de façon agressive et par conséquence rend passif notre conscience, notre interprétation et notre participation. L'abondance, l'agression et les modes de représentations appauvrissent notre regard générant différentes attitudes de notre part : la lassitude, la passivité, ou l'ignorance. Cependant, il y a également ceux qui intègre facilement ou apprécient cette consommation visuelle. À partir d'une lecture panoramique du contexte graphique, nous isolerons les stratégies et les systèmes mis en place dans l'espace urbain et privé, puis dans un second temps nous proposerons d'autres solutions graphiques. Ces propositions feront état des compositions graphiques qui au contraire sollicitent, activent, organisent notre lecture à plusieurs niveaux. Nous nous placerons dans une exploration étape par étape pour approfondir notre sensibilisation du regard. Nous questionnerons la place du designer graphique dans la production des images et l'organisation des signes. Est-ce possible de sensibiliser le regard par des compositions graphiques ? Pouvons-nous créer des niveaux de lecture graphique pour amener le spectateur à voir d une certaine façon, tel un exercice de vision ? Est-il encore possible d apporter du repos et du calme visuel sur un espace graphique ? Nous suivrons un chemin pour construire petit à petit notre regard, comme un exercice progressif. En commençant par l'ensemble d'une composition, puisque nous la voyons au premier regard, puis nous entrerons dans sa structure en débutant par les théories de la forme. À partir de ces connaissances solides, nous irons dans l'expérimentation des formes et des signes tels que les polysémies visuelles, puis vers l'illisibilité, l'abstraction et les détails subtils jusqu à la disparition, l'invisible et le vide. Cette sensibilisation graduée accompagnée par des compositions graphiques nous amènera à voir autrement notre environnement par des niveaux de lecture, des interprétations pour, peut-être, entrevoir, percevoir, voir, regarder, puis contempler plus lentement et consciemment. Avant de prévoir un retour vers la lenteur et la simplicité pour susciter un regard conscient et actif, il faut revenir sur la genèse et le développement de la sursaturation. Cette accélération n'a pas été sans conséquence. En effet, elle nous favorise l'indifférence face à notre environnement visuel. Nous absorbons les images et les signes passivement. Nous nous plongeons donc d'abord dans la saturation pour mieux revenir vers la simplicité. En effet, François Jullien préconisait avant de comprendre la notion de vide dans la tradition chinoise de parcourir et de regarder l'Europe pour connaître le plein et la saturation. Saint-Pierre de Rome, à l'intérieur les lourdes portes de bronze l'accumulation des statues, médaillons, caissons et tombeaux Le long des murs, dans chaque nique de la coupole, et jusqu'à la voûte du lanternon, tout est comble sous le regard ; nul espace n'est laissé vacant où les yeux puissent évoluer à leur aise, désaccaparer, oublier l'art et se reposer (François Jullien, La grande image n'a pas de forme, Paris, Seuil, collection l'Ordre Philosophique, 2003, p.119).
Editeur
[éditeur inconnu]

puce  Accés à la notice sur le site Ensad

  Liste complète des notices publiques Ensad