Leni Riefenstahl et l'esthétique nazie

Devaux

Type de document
Livre
Langue
Français
Auteur
Devaux
Résumé / Abstract
$a Ce mémoire porte sur la réalisatrice allemande Leni Riefenstahl (1902-2003). A travers une étude approfondie des films qu'elle réalisa pour le Troisième Reich entre 1933 et 1945, et l'esthétique qu'elle y développa, il s'agit de répondre à cette problématique : comment les esthétiques respectives de Leni Riefenstahl et du Troisième Reich se sont-elles construites simultanément, au point de se nourrir l'une de l'autre ? Dans la première partie, nous étudions la rencontre de la réalisatrice avec le régime pour elle travailla. En appréhendant le cinéma allemand des années 30, mais aussi la montée du national-socialisme, nous voyons en quoi elle se trouvait être, visuellement parlant, la « candidate idéale » pour un tel travail. La deuxième partie est composée des analyses filmiques de chacun des documentaires qu'elle réalisa pour le Troisième Reich : les films de congrès (Sieg des Glaubens,1934, Triumph des Willens, 1935, Tag der Freiheit, 1935) et le film officiel des Jeux Olympiques de Berlin en 1936 (Olympia,1936). Dans la troisième partie, nous tentons de déterminer sa place dans l'histoire politique comme dans l'histoire du cinéma, en insistant sur la dimension de responsabilité. Deux constructions esthétiques volontaires avaient lieu lors de cette collaboration : la réalisatrice n'eut pas seulement un rôle — assez courant sous les régimes autoritaires — de fonctionnaire au service de la propagande politique. Elle devait transcender, par ses images, l'intention mythique du Troisième Reich. Cette étude porte donc aussi bien sur la dimension esthétique du nazisme que sur la dimension politique du cinéma de Leni Riefenstahl.

puce  Accés à la notice sur le site Ensad

  Liste complète des notices publiques Ensad